Syndrome myofascial du muscle dentelé antérieur MEDECIN ABONNE

Rappel anatomique

Description

anatomie du muscle dentelé antérieur

Il se compose de 3 groupes de fibres :

  •  En haut des fibres musculaires s’insèrent sur la première côte et rejoignent en arrière la scapula.
  • En intermédiaire, des groupes de fibres s’insèrent sur la 2ème et 3ème côte pour aller rejoindre la partie médiane de la scapula
  • Le troisième groupe de fibres s’insèrent sur les 5 ou 6 côtes suivantes pour aller sur la pointe de la scapula. Ce groupe musculaire est le plus puissant du muscle.

 

Fonctions

  • Participe à la flexion et l’abduction du bras
  • Met la scapula en avant (en protraction)
  • Elève la scapula (partie inférieure du muscle)
  • Fixation de la scapula au thorax (partie médiane)
  • Porte le thorax pendant des efforts d’antépulsion du bras (pompes)
  • Les fibres les plus basses entraineraient une baisse de la scapula (controversé)

Syndrome myofascial du muscle dentelé antérieur

Description

Syndrome myofascial du muscle dentelé antérieurSyndrome myofascial du muscle dentelé antérieur

 

 

 

 

Syndrome myofascail du muscle dentelé antérieur

 

 

La douleur peut être permanente dans les cas les sévères. Sinon elle peut se manifester lors de la respiration profonde. D’ailleurs l’inspiration profonde est limitée par la douleur.

L’apparition de ce syndrome peut être liée à l’effort musculaire prolongée entrainant une augmentation nette de la ventilation minute, par la toux, par des tractions, par le soulèvement de charge lourde au dessus de la tête.

 

Diagnostic

Lorsque le dentelé antérieur est tendu, la scapula pars vers l’avant ce qui provoque une saillie du bord supérieur et de l’épine de la scapula. Le patient décrit un essoufflement facile. La palpation retrouve des points douloureux sur la ligne axillaire, en général, au niveau de la 5ème et 6ème côtes.

Traitement

  • Etirement, patient en décubitus latéral controlatéral, avec mouvement du bras vers l’arrière et inspiration profonde associée.
  • Compression ischémique des points douloureux sur le thorax puis étirements décrits ci-dessus
  • Infiltration d’anesthésique local dans les points douloureux suivis des étirement décrits précédemment.
  • On évitera les mouvements qui ont déclenché la première décompensation, des mouvements respiratoires à type d’inspiration profonde seront effectués.
  • La nuit , en décubitus latéral controlatéral, on calera le bras avec une oreiller afin d’éviter le raccourcissement du muscle.